Migrants intra-européens en situation de sans-abrisme à Bruxelles

Dans bon nombre de villes européennes, les citoyen·ne·s mobiles de l’Union Européenne représentent une grande partie de la population sans domicile fixe. Leur présence en rue est particulièrement élevée dans les pays où l’accès aux services d’aide aux personnes sans-abri est restreint aux personnes jouissant d’un droit  de séjour. Les personnes qui, en exerçant leur droit à la libre circulation, se retrouvent démunies dans un autre État membre de l’Union Européenne, ignorent souvent leurs droits et rencontrent des difficultés pour accéder à l’aide adéquate. Elles vivent dès lors souvent dans des conditions déplorables.

Dans le cadre de la deuxième phase du projet PRODEC (Protéger les droits des citoyens mobiles de l’UE en situation de précarité), la FEANTSA réalise une collecte de donnés à Barcelone, à Bruxelles, à Münster et à Stockholm. Pour Bruxelles, la collecte de données repose sur le travail de Bruss’help, et celui de DIOGENES. DIOGENES recueille un grand nombre d’informations en rue, et les rassemble dans une base de données qui est continuellement mise à jour. Ces données comprennent des données démographiques et sur le type de revenus et de ménages, des données sur les problèmes d’alcoolisme et de toxicomanie, sur les besoins en matière de santé mentale, sur la situation de logement, sur le statut d’immigration et les raisons de la migration, et sur les assurances santé de cette
population. Le tout se fait de façon anonyme.

Les données collectées dans ce rapport, qui est le deuxième à ce sujet, couvrent l’année 2019. Ce rapport complète, au moins en partie, le premier rapport, qui se basait sur les données collectées en 2018.

Imprimer E-mail