Le sans-abrisme est une question de santé publique. Ceci va au-delà de la crise due à l’épidémie de covid-19. Nombre de maladies sont plus répandues et plus alarmantes pour les personnes mal-logées, en habitat insalubre ou qui n’ont pas de toit. Les sans-abri présentent des fragilités de santé liées à des conditions d’existence dégradées et sont, par rapport au Covid-19, comme par rapport à toute maladie transmissible, particulièrement vulnérables. Pour les professionnels qui travaillent dans des services pour les sans-abri – personnels soignants, travailleurs sociaux, travailleurs de rue, bénévoles – c’est également un enjeu de santé personnelle, tout particulièrement en période d’épidémie très contagieuse.

À Bruxelles, mais pas seulement, depuis le début de la propagation du Covid-19, le secteur du sans-abrisme vit une période compliquée, où il faut trouver des solutions. Et il faut les trouver vite pour les personnes sans-abris mais aussi pour celles et ceux qui travaillent avec eux. Dans ce contexte, le secteur de l’aide aux personnes sans-abri a mis en place plusieurs dispositifs. Cela a été coordonné, entre autre, par Bruss’help. Sa jeune équipe a dû gérer une crise inattendue. Dans ce reportage audio,  cinq membres de l’équipe expliquent comment les dispositifs ont été mis en place et quel impact cette crise a eu sur leur travail.

 

Afdrukken E-mailadres