participation

La participation des personnes sans-abri et mal logées au sein des différents dispositifs d’aide est une valeur et un point d’exigence transversale de Bruss’help. Développer des espaces d'écoute, de communication et de prise de parole renforce non seulement le lien de confiance mais permet surtout l’exercice d’une citoyenneté. Dans cette même optique, la prise en compte des voix des bénéficiaires et des travailleurs de terrain dans la mise en place et l’amélioration des services nous parait primordiale. Tant dans un objectif de développement de la qualité des services que dans un but d’égale dignité dans l’expression des attentes et souhaits.

Vingt ans d'espaces de paroles en Région Bruxelloise

Pendant presque 20 ans, ont été organisées mensuellement à Bruxelles, des réunions rassemblant des personnes sans abri, des travailleurs sociaux, des inconnus, des intéressés, pour discuter. Ces réunions sont appelées les espaces de paroles. Né dans une cave et un réduit grillagé en 1999, ce projet s’ancre dans un idéal de participation des personnes précarisées et sans abri aux politiques publiques et institutions qui les concernent.

Orchestrés par la Strada, ancien Centre d’appui au secteur de l’aide aux personnes sans abri depuis 2008, les espaces de paroles, à l’initiative de leur animateur, ont été filmés et enregistrés, produisant une archive conséquente : septante réunions pour un total de captations d’environ quarante heures.

En filmant ces réunions, la Strada a produit un matériel audiovisuel important, enregistrant une parole privée ou semi-publique, en huis-clos, avec l’accord des participants, mais un matériel sans statut, non consultable par des tiers. Cette archive constitue pourtant une pièce de la mémoire d’un secteur de l’aide sociale, à travers les voix de ceux qui s’y expriment ; des paroles qui sont rarement entendues, enregistrées, encore moins conservées.

Afin de rendre accessible ces paroles, un livre qui assemble des fragments de retranscription de ces discussions a vu le jour. Paroles données paroles perdues ? publié aux éditions Maelström, fait ainsi résonner la voix des personnes qui fréquentent les services de l’aide sociale, pour questionner la place, les limites et les possibilités de leur participation, dans un environnement où survie, mises à distance, violences et illisibilités institutionnelles murent l’horizon.

Imprimer E-mail